Jean-Philippe Rameau
( 1683 - 1764 )

Son père, Jean Rameau est organiste à la collégiale Saint-Étienne, à l'abbaye Saint-Bénigne de Dijon et à Notre-Dame. Il est peut-être le premier professeur de musique de Jean-Philippe.

Il est scolarisé au collège des Jésuites des Godrans (aujourd'hui la bibliothèque municipale). Mauvais élève, il doit quitter le collège. Après un séjour de quelques mois en Italie, il est de nouveau en France en 1701. En 1702 il est maître de chapelle à la cathédrale d'Avignon, Notre-Dame des Doms. La même année il est engagé comme maître de chapelle à la cathédrale de Clermont, mais n'achève pas sa période. Il est à Paris en 1706 et publie son Premier livre de clavecin dans lequel il est présenté comme organiste des Jésuites de la rue Saint-Jacques et des Pères de la Merci.

En 1709 il obtient l'orgue de Notre-Dame à Dijon en succession de son père. En 1713-1714 il est à la tribune des Jacobins de Lyon.

Il est ensuite à Montpellier. Cette prériode de la vie de Rameau est mal documentée. Il réapparaît à son poste de Clermont.

Il s'installe définitivement à Paris en 1722 / 1723. Il écrit des premiers articles et publie son Traité d'harmonie. Son Deuxième livre de pièces de clavecin paraît en 1724. En 1726 il épouse Marie-Louise Mangot. Il tient les orgues du Noviciat des Jésuites à Sainte-Croix de la Bretonnerie jusque'en 1738.

Son fils Claude naît en 1727, vers la même année, il est présenté au riche mécène et fermier général Le Riche de la Pouplinière. Rameau dirige son orchestre à partie de 1731 ; donne des leçons de musique à Madame de la Pouplinière et loge de 1746 à 1752 dans son hôtel particulier. Il y rencontre l'abbé Pellegrin et Voltaire qui deviennent ses premiers librettistes.

Le 1er octobre 1733 Hippolyte et Aricie, son premier opéra est créé à l'Académie de musique, Les Indes galantes sont données en 1735, Castor et Pollux est créé en 1737, Dardanus mais aussi Les Fêtes d'Hébé ou les Talents lyriques en 1739, Platée en 1745, Zoroastre, la même année, Louis XV le nomme Compositeur de la Musique de la Chambre.

En 1749, il donne Les Paladins en 1760.

Il se fâche avec le pouplinière en 1753 et change de domicile.

Il participe à une vive polémique avec les encyclopédistes dans la «Querelle des Bouffons» et publie en 1755 Les erreurs sur la musique dans l'Encyclopédie.

Il est inhumé à St-Eustache avant d'avoir pu créer Les Boréades.


Références le site : http://www.musicologie.org/Biographies/rameau_jp.html


Fermer